Bio.
Kenji Funasaki

  • Origine
    Tours, FR
  • Liens
  • Genres
    Electro · House · Techno

Entre la Pop anglaise et l’électro.

Si vous demandez à celui qui se cache derrière Kenji Funasaki les influences qui l’ont le plus marqué en tant que musicien, il y a de fortes chances qu’il commence par vous parler de Joy division, du Clash, des Pixies, de My Bloody Valentine, voir de Damon Albarn.

Plutôt déroutant de la part d’un artiste électro, et voilà qui mérite quelques explications.

Une fois chose faîte, on comprend alors bien vite que le jeune Kenji passa le plus clair de son temps dans des groupes de Pop rock largement inspirés par ce qu’il se produisait à l’époque outre-manche et outre atlantique, et qu’en tant que guitariste compositeur pour l’essentiel, il y développa un goût prononcé pour les mélodies simples et efficaces.

Après quelques années, des chroniques de démo dans la presse nationale, des concerts dans des lieux prestigieux de la région Centre (Le Bateau ivre, le château d »eau, le 22, etc..), des présélections pour les découvertes du printemps de Bourges, le chapitre groupes live se clôt alors tout naturellement dans la première partie des années 2000.

Dans un tel contexte, l’intérêt pour les musiques électroniques ne pouvait donc se faire que petit à petit. Il cite ainsi deux éléments parmi d’autres peut être un peu plus importants dans cette évolution. D’abord, Manchester , ses groupes, son label phare « Factory Records« , son club mythique « l’hacienda« , et l’homme derrière tout ça, Tony Wilson, qui démontrait qu’on pouvait à la fois s’occuper de Cabaret Voltaire ou des Happy Mondays tout en offrant son premier vrai strapontin au jeune Laurent Garnier.

Ouverture d’esprit rare, et qui laissa des traces dès les années 90. Et puis aussi, ce jour ou le bassiste du groupe de l’époque arriva en répétition avec un Moog Prodigy dans sa valise et en expliquant qu’il échangerai bien quelques lignes de basse contre quelques nappes de synthétiseurs. Depuis, les choses ne cessèrent d’évoluer dans ce sens, et forcement, quand l’envie se fie à nouveau sentir, le musicien d’origine tourangelle se tourna alors naturellement vers le home studio, les platines, et le tout sous un pseudo.

Aujourd’hui, le projet Kenji funasaki consiste en une playlist dj, un répertoire solo, et un répertoire en duo avec son alter ego hip-hop Jet Rubber rencontré à l’époque des concerts. Il ne semble se contraindre à aucune référence styliste bien que l’on puisse aisément y percevoir le parcours du musicien, et s’inscrit dans un son largement inspiré par les synthétiseurs vintage….