[:fr]

Bio.
Kenji Funasaki

Entre la Pop anglaise et l’électro.

Si vous demandez à celui qui se cache derrière Kenji Funasaki les influences qui l’ont le plus marqué en tant que musicien, il y a de fortes chances qu’il commence par vous parler de Joy division, du Clash, des Pixies, de My Bloody Valentine, voir de Damon Albarn.

Plutôt déroutant de la part d’un artiste électro, et voilà qui mérite quelques explications.

Une fois chose faîte, on comprend alors bien vite que le jeune Kenji passa le plus clair de son temps dans des groupes de Pop rock largement inspirés par ce qu’il se produisait à l’époque outre-manche et outre atlantique, et qu’en tant que guitariste compositeur pour l’essentiel, il y développa un goût prononcé pour les mélodies simples et efficaces.

Après quelques années, des chroniques de démo dans la presse nationale, des concerts dans des lieux prestigieux de la région Centre (Le Bateau ivre, le château d »eau, le 22, etc..), des présélections pour les découvertes du printemps de Bourges, le chapitre groupes live se clôt alors tout naturellement dans la première partie des années 2000.

Dans un tel contexte, l’intérêt pour les musiques électroniques ne pouvait donc se faire que petit à petit. Il cite ainsi deux éléments parmi d’autres peut être un peu plus importants dans cette évolution. D’abord, Manchester , ses groupes, son label phare « Factory Records« , son club mythique « l’hacienda« , et l’homme derrière tout ça, Tony Wilson, qui démontrait qu’on pouvait à la fois s’occuper de Cabaret Voltaire ou des Happy Mondays tout en offrant son premier vrai strapontin au jeune Laurent Garnier.

Ouverture d’esprit rare, et qui laissa des traces dès les années 90. Et puis aussi, ce jour ou le bassiste du groupe de l’époque arriva en répétition avec un Moog Prodigy dans sa valise et en expliquant qu’il échangerai bien quelques lignes de basse contre quelques nappes de synthétiseurs. Depuis, les choses ne cessèrent d’évoluer dans ce sens, et forcement, quand l’envie se fie à nouveau sentir, le musicien d’origine tourangelle se tourna alors naturellement vers le home studio, les platines, et le tout sous un pseudo.

Aujourd’hui, le projet Kenji funasaki consiste en une playlist dj, un répertoire solo, et un répertoire en duo avec son alter ego hip-hop Jet Rubber rencontré à l’époque des concerts. Il ne semble se contraindre à aucune référence styliste bien que l’on puisse aisément y percevoir le parcours du musicien, et s’inscrit dans un son largement inspiré par les synthétiseurs vintage….

[:en]

Bio.
Kenji Funasaki

Between the English Pop and Electro.

If you ask Kenji wich  influences that have most marked him as a musician, there is a strong chance he starts to talk about Joy Division, the Clash, the Pixies, My Bloody valentine, or Damon Albarn.

Rather confusing from an electro artist, and that deserves some explanation.

So you understand very quickly that young Kenji spent most of his time in Pop rock groups largely inspired by what was happening at that time in Britain and besides the Atlantic Ocean, and that as a guitarist composer basically, there developed a taste for the simple and effective melodies.

After a few years, making reviews in the national press, concerts in prestigious places such Le Bateau Ivre (Tours, France), Le Chateau d »eau (Blois, France), nominate for « le Printemps de Bourges », the chapter live band then closes in the first half of the 2000s.

In this context, interest in electronic music could not be done only gradually. He mention two factors among of other may be a little more significant in this evolution.
First, Manchester, its groups, the flagship label « Factory Records », the legendary club « hacienda » and the man behind it, Tony Wilson, who showed they could both take care of cabaret Voltaire or Happy Mondays while delivering his first real back seat to the young Laurent Garnier.

Opening rare spirit and left traces from the 90s.

And also that day or the bassist of the period arrived in rehearsal with a Moog Prodigy in his suitcase and explaining he would like try some bass lines with several sheets of synthesizers. Since then, things never ceased to grow in this direction and necessarily when envy is relying again feel, Kenji so turned naturally to the home studio, turntables and all under a nickname.

Today, Kenji funasaki project is a playlist dj, a solo repertoire, and a directory duo with his hip-hop alter ego Jet Rubber met at the time of the concert.

There seems to be no reference to constrain stylist although it can be easily perceive the path of the musician, and is in a sound heavily inspired by vintage synthesizers.

[:]